Appel à candidatures : Criminalité environnementale

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter

Présentation

Les aires protégées jouent un rôle crucial pour la conservation de la biodiversité et des ressources naturelles et fournissent de nombreux services écosystémiques qui contribuent à la subsistance et au développement durable des communautés humaines. En Afrique de l’Ouest comme partout ailleurs, les aires protégées ont été créées à différentes échelles (nationale et transfrontalière) dans le but de conserver la nature et sa biodiversité. Ceci a également contribué au maintien d’une diversité de services écosystémiques au profit des communautés vivant autour de ces aires protégées. Dans chaque pays d’Afrique de l’Ouest, il existe des administrations spécialisées chargées de la conservation de la nature, des aires protégées, de la biodiversité etc. Les États ont pris des engagements internationaux et ont élaboré des politiques et des cadres juridiques nationaux pour la protection de la nature. Pourtant, en dépit de leur importance stratégique, ces aires protégées sont aujourd’hui en danger. Elles sont en dégradation avancée sous l’action conjuguée des aléas climatiques et des activités humaines (braconnage, coupe illicite de bois, transhumance, orpaillage, empiétement agricole, commerce illicite d’espèces sauvages, etc.). À ces pressions s’ajoute désormais l’insécurité dans certaines zones, dont des aires protégées, qui constituent des bases de repli de groupes armés et dont les ressources alimentent divers trafics. Plusieurs espèces sauvages se retrouvent, de ce fait, au bord de l’extinction et la capacité des écosystèmes à fournir la diversité de biens et services écologiques associés est fortement compromise. Ces tendances se sont nettement accentuées et le futur reste préoccupant si des réponses appropriées ne sont pas apportées. 

Afin de pallier ces contraintes, les États ont été appuyés par plusieurs institutions internationales dans le renforcement des capacités des cadres en charge de la conservation des ressources naturelles en général et des aires protégées en particulier. C’est dans ce sens que le Programme Aires Protégées d’Afrique et Conservation de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN-PAPACO) et l’Université Senghor, avec le soutien du Programme Afrique Centrale et Occidentale de l’UICN (UICN PACO) organisent depuis plus de 10 ans un Diplôme Universitaire en Gestion des Aires Protégées (DU-GAP), dans le but de doter les gestionnaires des aires protégées d’outils nécessaires pour la mise en œuvre des politiques de conservation, et pour une meilleure compréhension des dynamiques socio-territoriales dans les aires protégées et leur périphérie dans le but ultime de renforcer l’efficacité de la gestion de ces territoires. 

Le DU-GAP a significativement contribué à combler les lacunes en matière de gestion des aires protégées de la région. De plus, son évaluation a mis en lumière le besoin d’orienter cette formation vers des thématiques et/ou des problématiques émergentes, notamment en ce qui concerne les aspects liés à la sécurisation et/ou à la surveillance des aires protégées. C’est fort de ce constat que l’équipe chargée de la formation prévoit l’organisation d’une première édition thématique du DU-GAP portant sur la Lutte contre la Criminalité Environnementale.

Objectifs de la formation

Cette formation vise, de façon générale, à renforcer les compétences des acteurs en matière de gestion des aires protégées et de conservation de la biodiversité, avec un accent particulier sur la lutte contre la criminalité environnementale afin de leur permettre de mieux faire face aux défis liés aux pressions multiformes sur les ressources naturelles et les aires protégées. 

Au sortir de cette formation, il est attendu que les participants disposent de compétences sur la gestion des aires protégées, renforcées particulièrement en matière de lutte contre la criminalité environnementale.

Contenu de la formation

La formation est structurée en modules qui associent enseignements théoriques et exemples pratiques ciblant en particulier l’application des lois liées à la gestion des aires protégées, l’acquisition de connaissance et de compétences sur les techniques de surveillance et de sécurisation des aires protégées (lutte anti braconnage, lutte contre le trafic illicite des espèces sauvages, etc.), la gestion des conflits, l’économie de l’environnement, etc. Le programme du DU GAP option « Lutte contre la Criminalité Environnementale » est structuré comme suit :

Phase 1 : Modules à suivre en ligne par les auditeurs sélectionnés

  • Deux MOOC préalablement validés sont requis : Gestion des Aires Protégées et Application des Lois

Phase 2 : Modules à dérouler en présentiel à Ouagadougou 

  • Module 1 (CGA) : Politiques de conservation et problématique de la gestion des aires protégées
  • Module 2 (EPA) : Évaluation et planification de la gestion des aires protégées
  • Module 3 (DE) : Droit de l’environnement lié à la gestion des aires protégées
  • Module 4 (AL) : Application pratique des Lois, Techniques de lutte anti braconnage et contre le trafic illégal d’espèces sauvages
  • Module 5 (TTD1) : Sortie de terrain (avec un focus sur l’opérationnalisation de techniques de survie, de surveillance, de sécurisation des aires protégées, etc.)
  • Module 6 (GPV) : Approches participatives (communautés et autres acteurs) et Gestion des conflits
  • Module 7 (EDE) : Économie de l’environnement et des ressources naturelles

Candidature et sélection des candidats

Les candidats sont sélectionnés sur un dossier à compléter en ligne à l’adresse suivante : https://fc.usenghor.org/candidature/candidature.php?id_session=102

Toutes les rubriques doivent être soigneusement complétées par les candidats. Après validation de la première partie du questionnaire, les candidats doivent joindre en ligne un justificatif du niveau requis (bac+3 minimum), une photographie d’identité (format JPG ou PDF) et une autorisation de leur employeur (format PDF). 

Tout dossier adressé par courriel ou par télécopie n’est pas recevable.

Cibles de la formation

Ce programme de formation continue est destiné aux gestionnaires d’aires protégées des secteurs publics, parapublics et privés d’Afrique de l’Ouest. Idéalement, les candidats retenus doivent être impliqués dans des activités de lutte contre la criminalité environnementale, d’application des lois, de réglementation, de contrôle et contentieux, etc.

Le programme s’adresse également à des cadres d’ONG ou d’associations ou du secteur privé œuvrant dans le domaine de la lutte contre la criminalité environnementale ou d’application des lois dans le domaine environnemental, etc. 

Les candidats doivent avoir une première expérience professionnelle et avoir le niveau bac+3 ou équivalent.

Organisation générale

La formation se déroule à Ouagadougou (Burkina Faso) sous la supervision du Programme Aires Protégées et Biodiversité du Programme de l’Afrique Centrale et Occidentale de l’UICN (UICN PACO). Elle est dispensée intégralement en français et est supervisée par des formateurs disposant d’une solide expérience en matière de gestion des aires protégées et/ou de lutte contre la criminalité environnementale La formation fait l’objet d’une évaluation et permet, en cas de succès, l’obtention du Diplôme d’Université en « Gestion des Aires Protégées, option Lutte contre la Criminalité Environnementale », délivré par l’Université Senghor.

La 18ème édition du DU-GAP se tiendra du 25 octobre au 3 décembre 2021. Cependant, en raison de la situation sanitaire mondiale, les organisateurs se réservent le droit d’adapter les modalités d’organisation de cette formation ou de l’annuler le cas échéant. Le nombre total des participants est limité à 20.

Coût de la formation

Cette 18ème édition du DU sera entièrement prise en charge par le projet « Gouvernance régionale des aires protégées en Afrique de l’Ouest » financé par l’Union européenne dans le cadre du PIR 11ème FED au profit des pays membres des Commissions de l’UEMOA et de la CEDEAO en plus de la Mauritanie et mise en œuvre par l’UICN PACO.

Cette prise en charge couvrira les frais de formation, l’hébergement et la restauration, le transport (sous conditions), une allocation pour menues dépenses, une assurance maladie pour toute la durée de la formation en présentiel. Les candidats devront assumer les autres frais éventuels. 

Les apprenants ayant obtenu leur propre financement peuvent également être intégrés à la promotion et sont donc vivement encouragés à rechercher le financement nécessaire estimé à 3 500 Euros par apprenant.

Date limite d’inscription : 15 août 2021

Contacts Université Senghor :Madame Marie SAMY, Assistante de Direction du Département Environnement Université Senghor, Egypte. (+203) 48 43 637. environnement@usenghor.org

Contact UICN : Dr Boubacar BOUREIMA – Expert en Gouvernance, Politiques environnementales et Biodiversité – Projet Gouvernance (UICN PACO), @ : Boubacar.Boureima@iucn.org

Brochure Du gestion des aires protégées

Télécharger

1 Comment
12 juillet 2021

Merci beaucoup à tous les acteurs qui ont vraiment oeuvré pour l’initiative de cet programme c’est un projet vraiment intéressant moi entant que titulaire d’une licence professionnelle dans le dit domaine je m’engage à m’inscrire histoire d’avoir une suite favorable à ma candidature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire aussi